En espérant pour eux…

Comme vous avez pu le voir dans les médias ce week end, c’est au Venezuela Nicolas Maduro qui aurait été élu pour succéder à celui qui l’avait désigné comme dauphin après avoir présidé (et non pas régné comme Claire Chazal l’a annoncé ce dimanche sur TF1, donc au final pas si étonnant) ce pays sud américain pendant environ 14 ans, Hugo Chavez.

C’est avec 50,66 % des voix que Mr Maduro devrait devenir le 53e président de la République du Venezuela, un résultat qui est étonnement conteste, puisque très inhabituel dans ce continent qui se distingue par les paradoxes qui caractérisent ses différentes politiques.

En effet, et malgré le trait de sarcasme utilisé dans ce dernier paragraphe, vous aurez remarqué qu’a travers les trafics en tout genre, la corruption et les problèmes de gangs qui sont extrêmement développés dans cette région du monde, on restera stupéfaits des réaction puissantes et des manifestations de tristesse pour le coup relevant de l’ inimaginable en Europe, que nous a présenté le peuple vénézuélien après l’annonce du décès de celui qui, ne l’oublions pas, avait tenté de prendre le pouvoir par la force avant de l’obtenir de façon démocratique.

Alors évidemment, après l’analyse, la lecture et les différentes réserves quant aux medias (à traiter différents sujets d’information) levées, on ne peut qu’imaginer les effets bénéfiques qu’ont dus apporter à ce peuple vénézuélien les différentes décisions de la politique d’Hugo Chavez.

On peut alors penser, si aucune révision des résultats de cette dernière élection n’est faite, que le pays repart sur un bon pied dans la succession d’un héritage qui relèverait presque du model, le dauphin pouvant cependant se révéler être un cheval de Troie ; comme celui que fut Juan Carlos, en Espagne puisqu’il avait été élevé et pensé (conditionné), comme on l’a bien oublié, par le général Franco lui-même. Un cheval te Troie inversé bien heureusement pour l’Espagne, bien que prise par des histoires de scandales financiers au sein de la famille royale.

Est-ce donc le cas de ce fameux Nicolas Maduro ? On espère pour le Venezuela après une admiration générale envers une figure politique comme il n’en n’existe plus en Europe que c’est par la négative qui l’avenir répondra à cette question. Mais le fait que sa femme, née Flores, ne porte d’autre prénom que Cecilia (comme Nicolas et Cécilia, oui) certains penseront que ces premiers signes ne sont pas les plus prometteurs…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s